/ / /

 

 

1h20, Thriller et road-movie initiatique,  entre documentaire et fiction, ce film, en partie basé sur des faits réels, témoignera d’une culture indienne en voie d’extinction et d’un pays, dont la vitalité et la beauté sont encore trop rongées par la violence. Ce film de fiction aura l’aspect et le réalisme d’un documentaire filmé à la première personne, à l’instar de films comme Projet Blair Witch, Cloverfield, Paranormal Activity, ou REC.   Télécharger le dossier du projet (version PDF)   

 

 

        Neven, jeune réalisateur, part au Brésil éclaircir les circonstances de la mort de son frère, Nils, et finir le documentaire que ce dernier tournait sur les Indiens Kaiowa-Guarani... Il est rejoint dans sa quête par une apprentie shaman, un jeune dealer et un jeune sicarios (tueur à gages) colombien, tous trois Indiens. Ensemble ils partent pour un périple à travers le Brésil et la forêt  amazonienne, de tribu en tribu, d’énigme en énigme, et d’horreur en horreur…

 

        Le film de Nils abordait une série de d’assassinat d’Indiens, et une vague de suicides inexpliquée dans la tribu Kaiowa-Guarani. Neven pense que le sujet de ce documentaire est en lien avec la mort de son frère. D’abord sur la piste d’un médecin qu’ils soupçonnent d’être un tueur en série s’intéressant d’un peu trop près au savoir des shamans indiens, les quatre personnages se retrouvent eux-mêmes accusés de meurtres, recherchés par la police et poursuivis par des tueurs à gages…

 

 

 

Images de repérages  prises sur le vif durant les voyages de la préparation de Happiness in Darkness

 

 

 

 

 

 

 

 

Première rencontre de Neven avec un groupe d'indiens sans-contact (qui n'a jamais eu de contact avec les "blancs"). C'est Neven qui tient la caméra et on peut voir Wao, indienne Oro Wari, qui lui a servi de guide. Elle s'est déshabillé pour faire comprendre aux indiens sans-contact qu'elle est l'une des leur. Pensant bien faire Neven s'est déshabillé aussi (ce qui était stupide puisque il est blanc) d'ou l'étonnement et le rire de Wao quand il arrive finalement à la rattraper :